Blog

Le smoking, le « must have » des grands soirs

must haveChaque année, ils sont des centaines à monter les marches du Festival de Cannes, à franchir les portes des casinos, à être invités dans les soirées de gala... Les smokings sont aujourd’hui considérés comme des pièces maitresses du vestiaire masculin. Tenue de soirée sobre et discrète, le smoking se doit d’être d’une neutralité absolue pour mieux s’effacer devant la robe de soirée qu’il accompagne. On dit de lui qu’il est le miroir de la beauté féminine.

Le smoking, une des pièces majeures de la garde robe masculine, voit le jour en Angleterre dans les années 1850. On le porte exclusivement dans les fumoirs où les hommes se retirent pour fumer à l’abri des regards de ces dames. Les gentlemen s’isolent le temps d’un cigare, revêtus d’un smoking, tenue décontractée, pour éviter de laisser échapper de la cendre incandescente sur leurs vêtements. Une fois la pause cigare terminée, on retire la veste de smoking au profit d’une veste propre et sans odeur.

Lire la suite...

La prise de mesure, une étape essentielle pour louer en ligne sa tenue

Rien de plus simple que de louer en ligne sa tenue de cérémonie. Après avoir choisi son habit, l’étape de la prise de mesure s’avère toutefois essentielle pour que le vêtement soit parfaitement adapté à la silhouette. Le secret de la réussite tient dans un seul accessoire : un mètre ruban ! Pour le reste, voici en images notre guide qui nous aidera à définir au plus juste la taille de votre vêtement.

Mesurer sa longueur de manche

Prendre ses mesures Page 1 Image 0002

Lire la suite...

Lavallière & ascot, les tours de cou de l’élégance masculine

cedric villaniCédric Villani, célèbre mathématicien en est un fervent défenseur. Baudelaire et Rimbaud l’affectionnaient énormément. Aujourd’hui, les mariés me nouent très souvent autour de leur cou. Je suis également connue pour être l’ancêtre du noeud papillon! Je suis ... la lavallière.

Symbole de l’élégance décontractée, la lavallière voit le jour sous le règne de Louis XIV. La cour en a assez de la fraise et cherche à se parer d’un nouveau tour de cou moins encombrant mais tout aussi chaud et couvrant. Dans un tissu doux, le plus souvent du lin ou de la soie, un long ruban très fin est entouré jusqu’à recouvrir entièrement le cou du sujet. On le noue ensuite au milieu de la gorge ou légèrement de coté. La duchesse Louise de la Vallière, maîtresse du roi Louis XIV, raffole tant de cette cravate à larges pans qu’on lui attribuera son nom !

Lire la suite...